Depuis novembre, l’Ethiopie fait face à un conflit armé infra-étatique, sur fond de tensions ethniques entre les Oromos et les Tigréens. Le premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix, d’appartenance Oromos et qui entend défendre l’unité nationale, s’oppose au FLPT (Front de Libération du Tigré) dans la région du nord-ouest du pays : le Tigré. Massacres, famines, pillages font désormais partie de la vie des habitants de la région qui n’ont d’autres choix que de fuir vers le Soudan. Les instances internationales craignent un enlisement durable. La Corne de l’Afrique, région stratégique à bien des égards, est déstabilisée par ces événements et les conséquences pourraient être bien plus dramatiques qu’elles ne le sont déjà.